Cuisine ouverte : Quel type de VMC choisir ?

Cuisine ouverte sur salon

Généralement, la VMC (ventilation mécanique contrôlée) est installée dans les pièces d’eau (salle de bain, toilettes, cuisine) afin de renouveler l’air de la pièce et de prévenir l’humidité dans des espaces particulièrement soumis à l’évaporation.

Elle permet en effet d’assainir et de renouveler l’air qui y circule, évitant ainsi l’accumulation de l’humidité, des odeurs et des bactéries. La cuisine ouverte est par définition moins cloisonnée qu’une cuisine traditionnelle et on pourrait alors penser que la ventilation est moins importante pour ce type de pièce.

Qu’en est-il en réalité ? Le cas échéant, quelle VMC choisir pour une cuisine ouverte ? Où et comment l’installer ? Tout savoir sur l’installation d’une VMC dans une cuisine ouverte.

Quelle VMC choisir pour une cuisine ouverte ?

Il existe principalement 3 types de VMC dotées de propriétés différentes qui peuvent être utilisées pour une cuisine ouverte.

La VMC simple flux auto-réglable

La VMC simple flux auto-réglable est considérée comme un dispositif d’entrée de gamme. Elle joue très bien son rôle en matière d’assainissement de l’air circulant dans la cuisine même si parfois elle fait perdre la chaleur dans la totalité du logement et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une cuisine ouverte.

Ce type de VMC fonctionne en permanence et ne prend pas en compte le taux d’humidité de la pièce concernée. Toutefois, il est possible d’en moduler le débit autoréglable grâce à un interrupteur.

Il vous suffit alors d’actionner le débit moyen en fonctionnement normal et de le passer en “mode fort” lorsque vous préparez vos repas ou nettoyez votre cuisine ouverte. La VMC simple flux est surtout prisée pour son coût relativement accessible et sa facilité d’installation.

La VMC hygroréglable

La VMC hygroréglable simple flux agit intelligemment car elle ajuste automatiquement son fonctionnement en fonction de l’utilisation de la pièce et de son degré d’humidité. Lorsque vous cuisinez, vous générez une quantité importante de vapeur d’eau.

L’ingéniosité et la puissance de cette VMC permet alors de détecter cette vapeur d’eau et d’augmenter en conséquence le niveau d’aspiration de l’air. Quand vous n’utilisez pas votre cuisine ouverte à l’inverse, la VMC hygroréglable diminue l’ouverture des bouches d’aération afin d’évacuer moins d’air. 

La VMC double flux

La VMC double flux extrait l’air vicié de votre cuisine en prélevant les calories de chaleur qu’elle va ensuite réutiliser pour préchauffer l’air entrant aspiré vers l’intérieur. L’air entrant est ainsi déjà chauffé ce qui permet alors de limiter l’utilisation du système de chauffage et de réaliser entre 15 et 20 % d’économies d’énergie soit près de 500 euros par an pour certains logements.

Le système peut également être inversé pour refroidir le logement en été ou peut aussi fonctionner de façon totalement neutre, sans échange thermique (à l’aide d’un bypass intégré), pour simplement collecter l’air extérieur notamment afin de rafraîchir la cuisine ouverte et plus généralement le logement la nuit en période estivale.

Bon à savoir

Quand il s’agit de refroidir le logement en été tout un chacun pense assez directement à la climatisation réversible. Avant de vous lancer dans ce projet nous vous conseillons de lire notre article sur la règlementation applicable à l’installation d’une climatisation.

La VMC est-elle obligatoire dans une cuisine ?

Si théoriquement, en vertu des arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983, tout logement construit après 1982 doit être équipé d’un système de ventilation et même d’une VMC pour les logements construits après 2001, cette obligation ne s’applique pas nécessairement à la cuisine ouverte.

Bien que vivement conseillée, elle peut également être remplacée par un autre système de ventilation spécifique à la cuisine à savoir la hotte. Il est d’ailleurs recommandé de ne pas utiliser les 2 systèmes de concert pour éviter les déperditions dues notamment aux retours d’air.

Les logements nouvellement construits sont de mieux en mieux isolés et ventiler l’air ambiant est une nécessité à plusieurs égards notamment pour préserver vos revêtements mais également votre santé.

L’humidité accumulée dans votre cuisine, qu’elle soit fermée ou ouverte, doit en effet être évacuée avec une bonne aération afin de chasser rapidement l’humidité sur vos parois et ouvertures ainsi que les odeurs pouvant se disperser dans les pièces avoisinantes, notamment dans le cas d’une cuisine ouverte donnant directement sur le salon.

L’air qui circule dans la cuisine est de plus constitué d’une grande proportion de facteurs dégradants potentiellement nocifs pour la santé : les produits ménagers chimiques qui contiennent des détergents et des solvants, les appareils de chauffe à combustion ou bien encore les composants organiques volatils (COV).

Une réglementation hygiénique de 1969 a imposé des principes d’aération des logements notamment dans les pièces humides. Une ventilation naturelle (VN) réalisée grâce aux fenêtres ou à des grilles d’aération est acceptée pour les logements construits avant 2001, mais elle est souvent bien moins performante que la VMC puisque l’air ne se renouvelle pas en permanence.

La ventilation naturelle est en outre d’une efficacité thermique très limitée et provoque des déperditions de chaleur. Dans une optique d’optimisation toujours plus poussée du parc immobilier, la loi n’impose pas strictement l’installation d’une VMC au niveau de la cuisine ouverte.

Son utilisation est cependant fortement conseillée et devient pratiquement de fait obligatoire au vu notamment des nouvelles réglementations thermiques (RT2012 et RE2020) de plus en plus drastiques en termes d’émissions ou d’indicateurs de performance.

Quel emplacement pour une VMC dans une cuisine ouverte ?

L’installation d’une VMC doit tenir compte de l’emplacement du caisson ainsi que de celui des bouches d’extraction. Le caisson est principalement composé d’un ventilateur et d’un moteur. Dans une cuisine ouverte sur le salon, l’idéal est alors de le suspendre sur une charpente par l’intermédiaire de pitons et dans la mesure du possible de le positionner de façon à réduire la longueur du conduit.

La circulation et la régénération de l’air vicié permet de limiter l’humidité, les odeurs et les bactéries naturellement présentes dans cette pièce humide bien que l’ouverture sur le salon confère à la cuisine ouverte une plus grande aération naturelle mais dans le même temps une plus grande porosité.

Quel que soit le type de VMC que vous choisissez pour votre cuisine ouverte, il est conseillé de placer votre couche d’extraction VMC en hauteur car l’air humide et chaud s’accumule vers le haut de la pièce. Il est généralement recommandé de placer la VMC au sommet d’un mur ou bien au niveau du plafond, le plus proche possible de la source de vapeur donc la plupart du temps au-dessus des plaques de cuisson. 

L’installation des bouches d’extraction VMC dans une cuisine ouverte

La mise en place des bouches d’extraction doit être effectuée par un professionnel qui dispose des connaissances et des outils requis pour réaliser ce genre d’opération selon les normes prévues par la réglementation sur les pièces humides.

L’emplacement des couches d’extraction est en effet très important et joue un rôle prépondérant dans la performance de la VMC. Le professionnel saura choisir précisément le meilleur emplacement dans votre cuisine ouverte et le reste de votre logement.

Il utilisera notamment un détecteur de métaux pour repérer les fourrures métalliques, les montants ou toute autre suspente qui pourrait gêner les installations.  En général, il convient de laisser un espace d’environ 20 cm entre l’angle du mur ou du plafond et la bouche d’extraction.

Une fois que les emplacements sont repérés, l’installation de la VMC consistera à réaliser les trous d’aération puis à acheminer les gaines avant de mettre en place les bouches d’extraction et enfin de les raccorder aux conduits.