Rencontre avec Jean-Marc Desmedt

Ancien Président UNA Charpente et menuiserie à la CAPEB de 2009 à 2021, Jean-Marc Desmedt répond à nos questions sur les avantages et les atouts du bois, les innovations et les tendances de la filière, mais aussi les enjeux auquels doivent répondre les artisans.

JM Desmedt

POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL ?

J’ai débuté ma carrière en tant qu’apprenti dans une grosse entreprise de charpente / menuiserie. J’ai travaillé pendant six ans sur les chantiers et en atelier, puis j’ai été chef de chantier. J’ai fini par 2 années en bureau d’études. J’étais attiré par le fait de pouvoir fabriquer de mes mains des ouvrages, bien que ce soit déjà les débuts de l’industrialisation du bois.

Fin 1984, j’ai finalement quitté cette entreprise pour monter la mienne. Dès les années 90, en parallèle de mon entreprise, j’ai intégré la CAPEB. Je suis vite devenu président de la section menuiserie/charpente. En 1998, on m’a demandé d’être conseiller au niveau national. Et je viens tout juste d’achever 12 années de présidence de l’UNA charpente et menuiserie.

Je conserve cependant mes autres mandats. Je suis par exemple président dans la filière bois, du CODIFAB-B. Cet organisme représente les fabricants industriels de produits bois et les entreprises du secteur de la construction. C’est un Comité Professionnel de Développement des Entreprises (CDPE) qui collecte la Taxe Fiscale Affectée (TFA) permettant notamment de faire de la recherche et du développement, ainsi que de la communication pour la filière. Je suis également vice-président du CODIFAB, qui regroupe les entités Ameublements et Bois construction.

Enfin, je suis engagé au sein de du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), de l’Association Française de Normalisation (AFNOR), de QUALIBAT (organisme de qualifications et de certifications des entreprises du bâtiment), membre du bureau du conseil d’administration du Centre Technique Industriel- Forêt, cellulose, Bois et Ameublement (CTI-FCBA) et de groupes de travail autour des DTU. Je suis également expert judiciaire depuis 7 ans.

Toutes ces fonctions m’apportent une réelle ouverture d’esprit. J’ai eu des contacts privilégiés par des échanges avec des ministres et deux présidents de la République : ces rencontres m’ont permis de porter la voix des entreprises artisanales qui sont indispensables et ont un rôle très important dans nos territoires.

QUELS SONT LES MÉTIERS REPRÉSENTÉS DANS VOTRE UNA ? QUELS SONT CEUX QUI SE DÉVELOPPENT LE PLUS ?

L’UNA regroupe les métiers de la charpente, de la construction bois, de la menuiserie intérieure et extérieure et de l’agencement. Elle regroupe aussi toutes les fonctions liées à l’étanchéité à l’air, à l’isolation et aux bardages. Ces dernières prennent de l’importance aujourd’hui dans la filière et toutes les précautions sont prises pour éviter les erreurs commises dans les années 1970. C’est la construction bois qui se développe le plus, notamment grâce aux extensions et aux surélévations, mais elle a encore une belle marge de progrès devant elle.

extension bois

POUVEZ-VOUS NOUS DONNER LES PRINCIPALES TENDANCES AUXQUELLES RÉPONDENT LES ARTISANS ?

La maison bois est toujours tendance et en constante progression depuis plusieurs années, et l’on peut aujourd’hui répondre à tous les désirs du client : formes, type de bardage, couleurs, etc. Il est facile de personnaliser sa maison bois selon ses goûts !

Côté dressings, aménagements intérieurs et terrasses, qui sont en grande évolution depuis quelques années, le marché a connu un arrêt : le Covid a largement freiné les chantiers. Chez le particulier, il y a eu un recul important puisque beaucoup de personnes se sont lancées, pendant les confinements, dans l’auto-aménagement. En revanche, concernant les menuiseries, les carnets de commande sont bien remplis.

QUELLES SONT LES INNOVATIONS DE LA FILIERE ?

Il existe aujourd’hui de nombreux produits dérivés du bois comme le lamellé, les bois contrecollé, etc. Ils sont de plus en plus utilisés en intérieur, au naturel, vernis ou encore teintés. Comme innovation, il y a aussi les panneaux LVH bois croisées de grande portée. Ils permettent la réalisation de pans de murs d’une seule pièce, ce qui apporte fiabilité et rapidité de mise en œuvre de l’ouvrage. De manière générale, la préfabrication des éléments en bois en atelier assure une vraie rapidité et une grande qualité de fabrication facilitant la mise en œuvre.

QUELS SONT LES AVANTAGES DES MENUISERIES ET LES ATOUTS DU BOIS DE FACON GÉNÉRALE ?

Le bois est le seul matériau qui permet de changer de couleur à l’infini. On peut conserver son aspect naturel, le vernir, le peindre, le lasurer, etc. Sa finition se choisit au gré des tendances ! Il est aussi durable dans le temps tout en captant le CO2. On peut réaliser des menuiseries extérieures mixtes bois et aluminium, pour un rendu magnifique… Enfin, la maison bois est très confortable, chaleureuse et saine, performante en termes d’isolation, rapide à construire. Il existe une grande diversité des solutions bois : isolation laine de bois, parquet, lambris, aménagements intérieur, extérieurs, etc. La construction bois, par excellence, permet de répondre facilement à la RE 2020.

Le bois est aussi un matériau bio sourcé, efficace en termes d’économies d’énergies et qui ne risque pas la pénurie (sauf dans la période que nous vivons à cette sortie de COVID, il reprendra sa vitesse de croisière dans les mois à venir). Le bois, c’est comme une céréale, un fruit : quand il est bon à exploiter, il faut l’utiliser et replanter. En France, on a une forêt qui croît et qui est très bien gérée. Il faudrait qu’elle le soit plus encore, en exploitant au mieux les forêts privées. C’est le meilleur moyen de stocker le CO² et d’éviter qu’il soit rejeté. Aujourd’hui, la silviculture étudie les meilleures essences de bois à replanter en tenant compte du changement climatique.

Menuiserie bardage

QUELLE EST LA PART DE MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION BOIS ACTUELLEMENT ? QUELS SONT LES ENJEUX DE LA FILIÈRE ?

En 2018, la construction bois atteignait seulement 9,2 % de part de marché… En avril 2021, la filière s’est engagée, à travers son Plan ambition bois, à concentrer ses efforts sur son développement, en parallèle de la nouvelle RE 2020. On pense que notre part de marché devrait augmenter de 10 % par an ces 10 prochaines années. Et pour cela, notre préconisation, c’est : « le bon matériau au bon endroit, la bonne essence de bois au bon endroit ». Nous ne sommes pas pour le 100 % bois, mais davantage pour adapter les usages des matériaux à leurs performances.

Plusieurs enjeux nous concernent pour développer la filière : avoir des forêts durables et facilement exploitables, une communication claire sur l’exploitation des forêts, avec des mots simples et compris par tous, et la formation. Une hausse d’emplois dans le secteur est à venir : il faut donner envie aux jeunes d’y répondre et leur prévoir des plans de carrière. Enfin, il nous faut aussi soutenir l’économie locale dans les territoires. Il y a des forêts partout, donc de l’emploi partout ! Depuis qu’elle est entrée au Conseil National de d’Industrie il y a dix ans, la filière bois s’est restructurée et nous avons beaucoup de moyens et outils pour aider les entreprises à avancer (un organe politique, un organe de financement, etc.).